top of page

Te Whare Hēra

Les lauréats français

Ce programme de résidence pour les arts visuels accueille des artistes et curateurs contemporains à Wellington depuis 2016. Découvrez-les ci-dessous.

Te Whare Hera 2023 - Vincent Chevillon - Portrait_edited.jpg

Vincent Chevillon

Résident en 2023

Dans le cadre de son séjour en Aotearoa, il poursuivra les traces de cétacés échoués en 1905 sur l’île de Te Wai Pounamu et conservés dans les réserves du musée zoologique de Strasbourg au travers du projet intitulé A Lack of Hearing . En enquêtant sur cette situation, il s’agit d’expérimenter des approches multiples pour mieux entendre un environnement et les agents qui le composent, le contiennent, les dépendances qui les lient.

Suivre le sillage de ces baleines, c’est remonter le cours d’une rivière pour en comprendre les affluents, c’est longer le rivage des mondes et témoigner des échanges qui s’y jouent.

Vincent Chevillon développe depuis 2013 une plateforme encyclopédique participative intitulée archipels.org.

Ecoutez Vincent Chevillon sur les sujets suivants:

Hoël Duret

Résident en 2020

Hoël Duret est un artiste interdisciplinaire diplômé de l’Ecole des Beaux-arts de Nantes. Il co-dirige l’atelier PanoramaRoad qui produit ses œuvres ainsi que des scénographies pour la danse contemporaine et le théâtre. Son travail a été présenté en France au Centre Georges Pompidou, à la Fondation Louis Vuitton, au Palais de Tokyo, au Palais Garnier, à l’Opéra de Paris (FIAC 2016), au FRAC des Pays de la Loire et à l’hôtel Le Meurice ; à l’international à la maison Yishu 8 de Beijing, au Seoul Art Museum, au MUDAM du Luxembourg, au Palazzo Strozzi de Florence et au Palazzo delle Stelline de Milan, au Tel Aviv Art Museum, au Ford Theatres et à Martos Gallery de Los Angeles.

 

Hoël Duret portrait
3Q1A5848eve chabanon web jpeg_edited.jpg

Eating Each OthersÈve Gabriel Chabanon,The Engine Room, Wellington, 2019 Image : Harry Cully

Ève Chabanon

Résidente en 2019

Le recours à la performance sociale, et la fabrication de films et d’objets par Ève Chabanon promeut une vision favorisant une conversation en profondeur sur les impacts des enjeux politiques néolibéraux. Elle se questionne sur comment les individus peuvent s’autodéterminer dans leur vie quotidienne et dans leurs environnements. Elle prend le rôle de médiateur en créant les conditions permettant de mobiliser des communautés dans des processus collectifs portant sur l’individu et le bien-être de la communauté. Les rencontres reposent sur la participation de l'audience et de leur vécu de l'expérience. Construire des rapports intimes et de confiance est un aspect crucial des projets pour les participants fassent surgir à la surface les tensions provenant des relations complexes existant entre eux, les institutions, et les systèmes politiques néolibéral et capitaliste et les économies qu'ils naviguent.

Chloé Quenum

Résidente en 2018

Chloé Quenum travaille avec le verre, les métaux, les textiles et le ciment, et avec des procédés de coloration, de transparence et de moulage. Les éléments clés dans son travail sont ses références au mobilier, aux structures architecturales et aux codage symbolique. Sensible au rôle que les matériaux jouent dans la construction de strate et aux contextes architecturaux dans lesquels ses objets hautement élaborés se trouvent, Chloé explore la superposition du temps et de l’espace. Elle s’intéresse aux agencements spatiaux de ses installations et la façon dont elles présentent différents points de vue à l’audience.

Chloe Quenum portrait
Soraya Rhofir portrait

Soraya Rhofir

Résidente en 2017

Soraya Rhofir développe depuis dix ans un travail de collages et de mises en scène d'images, qui oscille entre le format A4 et l'installation in-situ. Sa démarche vise un point de déséquilibre du point de vue des matériaux, des perspectives, et des images qu'elle réemploie. Elle collecte ces artéfacts à l'esthétique irrésolue dans les périphéries de flux d'images, les amalgame puis les déploie : du plan jusqu'aux multiples dimensions. Avec des matériaux communs, une imagerie populaire, des outils du quotidien, elle compose des récits cosmiques porteurs de virtualités. Des expositions lui ont été consacrées aux Eglises (Chelles, 2013), et au Parc Saint-Léger (Pougues-les-Eaux, 2012). Elle a été sélectionnée au Prix Ricard (2010) et à Present-Future Artissima (2014). Elle a aussi collaboré avec le réalisateur Trent Harris.

Étienne de France

Résident en 2016

Étienne de France est diplômé en histoire de l'art et archéologie (2005) et en arts visuels (Académie des Arts d'Islande, Reykjavik, 2008). Il privilégie une approche artistique multidisciplinaire. Puisant dans les domaines de l'architecture et des sciences, il crée une série d'oeuvres explorant les différences entre les concepts de nature et de paysage. Il utilise dans son travail une variété de médias tels que l'écriture, la vidéo, la photographie, le dessins, et la sculpture. Combinant fiction et réalité, chaque travail se compose de multiples éléments, et est le résultat d'un développement sur le long terme.

 

Etienne De France portrait
Hervé Maillet

Hervé-Maillet 

Résidentes en 2016

Louise Hervé et Chloé Maillet travaillent ensemble depuis 2000. Louise a étudié l'histoire de l'art. Chloé a un doctorat en anthropologie historique. Elles collaborent sur des projects de recherche dans lesquels chaque étape prend la forme d'un film, une série de films, une exposition ou une publication. Leurs créations se concentrent sur la narration. Leurs histoires combinent des faits historiques, de la fiction, de nouvelles réalités sous forme d'installations, de films, de conférences performatives - un ensemble de performances, de lectures, de conférences. Leur méthodologie combine discours scientifiques et commentaires personnels et a été décrit comme une 'archéologie du savoir'.

White Room
bottom of page